Techniques de rajeunissement

Techniques combinées


Toutes ces techniques se combinent entre elles pour offrir un résultat naturel et gracieux aux femmes et aux hommes d’aujourd’hui qui souhaitent garder une peau saine et un visage agréable et voluptueux.


Peelings superficiels et peelings moyens

Intérêt : Préparer la peau à un peeling plus fort et bénéficier d’une action à la fois épidermique et dermique.

Zoom sur les peelings moyens au TCA : Leur action est plus profonde puisqu’ils agissent jusque dans le derme superficiel alors que les peelings superficiels traitent les signes de vieillissement situés sur l’épiderme. Les suites sont plus marquées (la peau desquame trois jours après le peeling) mais il est possible d’utiliser une concentration légère en TCA pour diminuer les effets secondaires. Le TCA est particulièrement indiqué pour traiter les cicatrices d’acné, les peaux relâchées et ridées.

La règle à respecter : Il faut toujours commencer par un peeling superficiel car il a la faculté de supprimer les cellules mortes en surface, étape obligatoire pour une pénétration homogène du TCA et des résultats satisfaisants. Les deux types de peelings seront réalisés au cours d’une seule et même séance.

Peelings et injections d’acide hyaluronique

Intérêt : Double action sur le vieillissement cutané : amélioration de la qualité de peau en surface grâce au peeling et comblement du derme (perte de substances) avec l’injection.

Zoom sur les injections d’acide hyaluronique : Les produits de comblement à l’acide hyaluronique (substance naturelle et hydratante présente dans la peau) permettent de corriger les rides et ridules par une simple injection intra-épidermique. Ils sont résorbables, plus ou moins réticulés et concentrés en principe actif selon la zone à traiter et le temps d’action. Les injections d’acide hyaluronique permettent de remodeler sans chirurgie les volumes de certaines zones du visage (joues, lèvre, ovale du visage).

La règle à respecter : On commencera par une séance de peeling superficiel puis le médecin réalisera l’injection de comblement.

Peelings et toxine botulique

Intérêt : On utilise les bienfaits anti-âge de deux procédés aux modes d’actions opposés mais complémentaires. Le peeling stimule pour améliorer la qualité de peau alors que la toxine botulique réduit la pression musculaire pour estomper les rides.

Zoom sur la toxine botulique : L’injection de toxine botulique en infime quantité permet de figer les muscles de la zone ciblée (rides du lion entre les sourcils par exemple). Les muscles n’exercent alors plus de pression sur la peau et les rides sont lissées pendant six mois.

La règle à respecter : On peut tout à fait combiner les deux techniques en une seule séance. Dans ce cas le peeling sera réalisé avant l’injection de toxine botulique. Si on a commencé par une injection de toxine botulique, il faudra attendre une heure avant de faire un peeling.

Peelings et mésothérapie

Intérêt : On mise tout sur le coup d’éclat, l’hydratation et l’effet repulpant !

Zoom sur la mésothérapie : La mésothérapie est une technique permettant d’injecter par micro piqures un cocktail de vitamines et d’acide hyaluronique en sous-cutané. Le résultat attendu est un coup d’éclat, une diminution progressive des ridules et un raffermissement de la peau. Associée au peeling, la mésothérapie augmente l’effet coup d’éclat et apporte une hydratation optimale.

La règle à respecter : Le peeling sera réalisé dans un premier temps pour débarrasser la peau de ses cellules mortes et optimiser la pénétration du produit de mésothérapie dans la peau. Le peeling est parfaitement recommandé pour éviter les peaux « gruyère » dont les pores trop ouverts laissent échapper le cocktail de mésothérapie.

Peelings et LED, la thérapie par la lumière

Intérêt : L’association peeling / LED permet d’intensifier l’action de la luminothérapie.

Zoom sur la LED : La LED (Light Emitting Diode) est une technique douce de régénération cutanée qui fonctionne grâce aux vibrations de la lumière. La lumière déclenche des réactions photochimiques au niveau des cellules pour relancer leur renouvellement. En fonction de l’indication à traiter le praticien choisit la combinaison lumineuse adaptée. La LED stimule l’activité des fibres de collagène et d’élastine, protège des radicaux libres et est appréciée pour ses vertus anti-inflammatoires.

La règle à respecter : Avant de procéder au protocole LED, on effectue un peeling pour optimiser l’action de la luminothérapie. En début de traitement, on fera une à deux séances de LED par semaine pendant un mois. Puis une séance par quinzaine sera nécessaire.

Peelings et Microdermabrasion

Intérêt : On stimule à fond le renouvellement cellulaire avec deux techniques d’exfoliation.

Zoom sur la Microdermabrasion : Le peeling contient des acides de fruits qui exfolient chimiquement les cellules mortes. La Microdermabrasion est une technique d’exfoliation mécanique que l’on peut effectuer avant un peeling chimique. Le « gommage » facilite et intensifie la pénétration des actifs du peeling. Effet coup d’éclat et peau lisse assurés ! A noter que cette technique est fréquemment utilisée pour traiter les vergetures et les cicatrices d’acné importantes.

La règle à respecter : Peaux sensibles s’abstenir ! Pour les autres, une Microdermabrasion légère peut être réalisée juste avant l’application du peeling (à des concentrations faibles). Pour une Microdermabrasion plus appuyée on attendra une à deux semaines avant la séance peeling.

Peelings et laser non ablatif

Intérêt : Le peeling augmente l’efficacité du laser car il lisse le relief cutané pour une répartition homogène de la lumière et donc de meilleurs résultats.

Zoom sur le laser non ablatif : Il agit par phénomène de réchauffement au niveau du derme superficiel, là où sont fabriquées les fibres de collagène et d’élastine. Cette action thermique provoque une réponse systémique pour réactiver la production de nouvelles fibres. La peau est plus ferme, les irrégularités de texture sont lissées. Le tout sans éviction sociale, bien sûr !

La règle à respecter : Un intervalle de quatre semaines doit être maintenue entre le peeling et le laser. L’association du peeling et du laser ablatif n’est pas conseillée, du fait des suites invasives de ce type de laser.

Peelings et lampe flash

Intérêt : Le même que pour l’association « peeling / laser ».

Zoom sur la lampe flash : Egalement appelée lumière pulsée, cette technique de photoréjuvénation a sensiblement le même principe d’action que le laser. Son spectre d’action est cependant plus large, ce qui permet de traiter des indications plus légères et plus superficielles. La lumière pulsée permet d’agir particulièrement sur les taches brunes, rouges, les petits vaisseaux et remet la peau sous tension.

La règle à respecter : On peut réaliser un peeling intermédiaire (c’est-à-dire une semaine avant ou après la première séance de lampe flash).